Les orgues de Paris
ORGANS OF PARIS 2.0 © 2018 Vincent Hildebrandt ACCUEIL D-R

Eglise luthérienne

de l'ascension

47, rue Dulong, 75017 Paris

1894 - Link

II/14 (13) - transmissions pneumatiques - composition

Photos: Victor Weller
L’église L’église a été construite à la fin du XIXème siècle dans le style néo- gothique. Elle possède un très beau plafond en bois en forme de carène de bateau. Culte le dimanche à 10h30 L’orgue En 1894, l’orgue fut construit par la maison allemande des Gebrüder Link, de Giengen an der Brenz, pour la paroisse luthérienne allemande, située rue Blanche. Il fut exposé à l’Exposition Universelle d’Anvers et fut inauguré par Charles-Marie Widor. Lors du séquestre de la paroisse luthérienne allemande, il fut racheté et transféré en 1925 à l’église luthérienne de l’Ascension grâce à l’intervention de Widor. Depuis sa construction, il est resté entièrement authentique et reste un très beau témoin de la facture germanique industrielle du début du XXème siècle. Il nécessite un relevage. A noter que l’instrument est très semblable à ceux de Merkwiller- Pechelbronn, Scharrabergheim-Irmstett situés en Alsace. C’est également un des rares orgues de Paris à posséder des sommiers à cônes.
Les orgues de Paris

Eglise luthérienne

de l'ascension

47, rue Dulong, 75017 Paris

1894 - Link

II/14 (13) - transmissions pneumatiques

- composition

Photos: Victor Weller
ORGUES DE PARIS © 2018 Vincent Hildebrandt ACCUEIL D-R
L’église L’église a été construite à la fin du XIXème siècle dans le style néo-gothique. Elle possède un très beau plafond en bois en forme de carène de bateau. Culte le dimanche à 10h30 L’orgue En 1894, l’orgue fut construit par la maison allemande des Gebrüder Link, de Giengen an der Brenz, pour la paroisse luthérienne allemande, située rue Blanche. Il fut exposé à l’Exposition Universelle d’Anvers et fut inauguré par Charles-Marie Widor. Lors du séquestre de la paroisse luthérienne allemande, il fut racheté et transféré en 1925 à l’église luthérienne de l’Ascension grâce à l’intervention de Widor. Depuis sa construction, il est resté entièrement authentique et reste un très beau témoin de la facture germanique industrielle du début du XXème siècle. Il nécessite un relevage. A noter que l’instrument est très semblable à ceux de Merkwiller-Pechelbronn, Scharrabergheim-Irmstett situés en Alsace. C’est également un des rares orgues de Paris à posséder des sommiers à cônes.