Les orgues de Paris
ORGANS OF PARIS 2.0 © 2018 Vincent Hildebrandt ACCUEIL D-R

Notre Dame

de la croix

3, place de Ménilmontant, 75020 Paris Orgue de tribune 1874 - Cavaille-Coll

1912 - Charles Mutin

1922 - Fernand Prince

1955 - Erwin Muller

1990 - Daniel Birouste

2000 - François Delangue

2010 - Hubert Brayé

III/26 - traction mécanique - composition

Orgue de choeur

1900 - Mutin

1960 - Gutschenritter/Masset

1991 - Daniel Birouste

I/10 (9) - traction mécanique - composition

Site internet

photo GO: Jeroen de Haan
L’église, à l’allure très majestueuse a été construite sous le règne de Napoléon III, par l'architecte Louis- Antoine Heret, dans un style néo-roman avec une structure métallique apparente. Construite au sommet de la colline de Ménilmontant, l’aménagement du parvis a nécessité la construction de 54 marches pour compenser la différence de niveau entre la façade et l'abside. C'est la troisième plus grande église de Paris au niveau de sa longueur et sa surface de toits d'ardoise. Cette dernière est soutenue par une charpente en bois, qui repose sur des poutres métalliques complétant des nervures en fonte visibles sous les voûtes de la nef. Ce fut la première église de Paris à avoir une structure métallique visible.
L'orgue de Notre-Dame-de-la-Croix est l'un des rares orgues construits par Cavaillé-Coll, qui n’a pas subi de modifications majeures. L'orgue a été construit entre 1872 et 1874. Lors de la conception de l'instrument, Cavaillé-Coll a été confronté à deux problèmes majeurs de conception dus à la présence d’une grande rosace ainsi que le passage des cloches au centre de la tribune. Par son intérêt architectural et théologique, la rosace devait être entièrement visible depuis le bas de la nef afin d’y voir les neuf croix contenues dans cette dernière. Cavaillé-Coll a donc été obliger de construire un buffet en deux corps. De même, il dut se résoudre à installer la console au bord de la tribune afin de laisser vide l’espace pour y descendre les cloches. Ces solutions entrainèrent une modification profonde du projet initial. En effet, le devis d'origine comportait un orgue de 3 claviers avec un Récit Expressif, Grand- Orgue, Positif expressif et une Pédale. Après l'installation du Récit et du Grand-Orgue, il était évident que la place manquait pour le Positif. La console étant déjà posée, le premier manuel fut transformé en clavier d’accouplement permanent, ce qui signifie qu'il accouple le Récit avec le Grand-Orgue. Pour prendre en compte le passage des cloches, Cavaillé-Coll a été contraint de tourner la console (face à la rosace) et de concevoir une mécanique complexe. En 1912, Charles Mutin rénove l'orgue et augmente la pression du vent. Certains travaux ont été réalisés en 1922 par Fernand Prince. En 1955, Erwin Müller change deux jeux afin de « baroquiser » l’instrument: l'Octave 4 'du Grand-Orgue devient un Quinte 2 2/3'; et le Plein-Jeu est alors totalement recomposé (C = 1 1/3, c = 2, c '= 2 2/3', c '' = 4). En 1989, l'orgue a été restauré par Daniel Birouste (Plaisance) et ai actuellement entretenu par Hubert Brayé de Mortzwiller (68) Source principale Bien que cet orgue ne dispose que de 26 jeux, l'instrument a une puissance incroyable et il peut être considéré comme l'un des meilleurs Cavaillé -Coll de Paris. Site of the organ
L’orgue de chœur a été construit en 1912 par Charles Mutin, en remplacement d'un très modeste orgue de 4 jeux, dont le buffet est encore en place aujourd'hui, derrière le maître autel. Modifié par Gutschenritter en 1960, S. Grolleau en 1979 il fut déplacé dans le transept puis replacé dans le chœur lors de la restauration de 1992 par Daniel Birouste. Sa dernière restauration fut effectuée en 1996 par François Delangue. A cette occasion, la pression de vent d'origine fut rétablie à 150 mm C/E !

Organiste titulaire

Frédéric Denis Organistes célèbres ayants illustré l’instrument : Gaston Litaize (1930-1932), Jean Langlais (1932-1934)

Concerts

Rarement

Messes avec orgue

Samedi 18h, Dimanche 11h, 18h Vidéos Frédéric Denis

Audio

Frédéric Denis (grand orgue), Eliane Stefan (orgue de choeur) - Grand choeur dialogué - Eugène Gigout Frédéric Denis (grand orgue) - Carillon de Westminster - Louis Vierne
Les orgues de Paris

Notre Dame

de la croix

3, place de Ménilmontant, 75020 Paris Orgue de tribune 1874 - Cavaille-Coll

1912 - Charles Mutin

1922 - Fernand Prince

1955 - Erwin Muller

1990 - Daniel Birouste

2000 - François Delangue

2010 - Hubert Brayé

III/26 - traction mécanique -

composition

Orgue de choeur

1900 - Mutin

1960 - Gutschenritter/Masset

1991 - Daniel Birouste

I/10 (9) - traction mécanique -

composition

Site internet

photo GO: Jeroen de Haan
ORGUES DE PARIS © 2018 Vincent Hildebrandt ACCUEIL D-R
L'orgue de Notre-Dame-de-la-Croix est l'un des rares orgues construits par Cavaillé-Coll, qui n’a pas subi de modifications majeures. L'orgue a été construit entre 1872 et 1874. Lors de la conception de l'instrument, Cavaillé-Coll a été confronté à deux problèmes majeurs de conception dus à la présence d’une grande rosace ainsi que le passage des cloches au centre de la tribune. Par son intérêt architectural et théologique, la rosace devait être entièrement visible depuis le bas de la nef afin d’y voir les neuf croix contenues dans cette dernière. Cavaillé-Coll a donc été obliger de construire un buffet en deux corps. De même, il dut se résoudre à installer la console au bord de la tribune afin de laisser vide l’espace pour y descendre les cloches. Ces solutions entrainèrent une modification profonde du projet initial. En effet, le devis d'origine comportait un orgue de 3 claviers avec un Récit Expressif, Grand-Orgue, Positif expressif et une Pédale. Après l'installation du Récit et du Grand- Orgue, il était évident que la place manquait pour le Positif. La console étant déjà posée, le premier manuel fut transformé en clavier d’accouplement permanent, ce qui signifie qu'il accouple le Récit avec le Grand-Orgue. Pour prendre en compte le passage des cloches, Cavaillé-Coll a été contraint de tourner la console (face à la rosace) et de concevoir une mécanique complexe. En 1912, Charles Mutin rénove l'orgue et augmente la pression du vent. Certains travaux ont été réalisés en 1922 par Fernand Prince. En 1955, Erwin Müller change deux jeux afin de « baroquiser » l’instrument: l'Octave 4 'du Grand-Orgue devient un Quinte 2 2/3'; et le Plein-Jeu est alors totalement recomposé (C = 1 1/3, c = 2, c '= 2 2/3', c '' = 4). En 1989, l'orgue a été restauré par Daniel Birouste (Plaisance) et ai actuellement entretenu par Hubert Brayé de Mortzwiller (68) Source principale Bien que cet orgue ne dispose que de 26 jeux, l'instrument a une puissance incroyable et il peut être considéré comme l'un des meilleurs Cavaillé -Coll de Paris. Site of the organ

Organiste titulaire

Frédéric Denis Organistes célèbres ayants illustré l’instrument : Gaston Litaize (1930-1932), Jean Langlais (1932- 1934)

Concerts

Rarement

Messes avec orgue

Samedi 18h, Dimanche 11h, 18h Vidéos Frédéric Denis

Audio

Frédéric Denis (grand orgue), Eliane Stefan (orgue de choeur) - Grand choeur dialogué - Eugène Gigout Frédéric Denis (grand orgue) - Carillon de Westminster - Louis Vierne
L’orgue de chœur a été construit en 1912 par Charles Mutin, en remplacement d'un très modeste orgue de 4 jeux, dont le buffet est encore en place aujourd'hui, derrière le maître autel. Modifié par Gutschenritter en 1960, S. Grolleau en 1979 il fut déplacé dans le transept puis replacé dans le chœur lors de la restauration de 1992 par Daniel Birouste. Sa dernière restauration fut effectuée en 1996 par François Delangue. A cette occasion, la pression de vent d'origine fut rétablie à 150 mm C/E !