Les orgues de Paris
ORGUES DE PARIS 2.0 © 2021 Vincent Hildebrandt ACCUEIL LES ORGUES

Eglise de la Mission

Espagnole

56 bis, rue de la Pompe, 75016 Paris 1897 - Cavaillé-Coll

1982 - Barbéris

II/16 (12) - traction mécanique - composition

Photo: Jeroen de Haan
 Photo: Jeroen de Haan  L'instrument, construit en 1897, est l'un des derniers sortis de l'atelier d'Aristide Cavaillé-Coll. Il s'agit probablement d'un instrument de série, complété par Charles Mutin (sa composition ressemble au devis numéro 21 dans le catalogue Cavaillé-Coll). Depuis sa construction, il est resté entièrement authentique et a été restauré par Barbéris en 1982.
L'église L'église du Cœur-Immaculé-de-Marie, affectée à la communauté espagnole, est de style néogothique. Sa forme est traditionnelle : c'est celle de la croix latine avec nef, transept saillant et une abside plate. Le chœur, la nef et le transept sont ornés de grandes peintures illustrant les thèmes du Nouveau Testament ou glorifiant les saints et saintes d'Espagne. Comme toujours dans les édifices religieux de culture ibérique, les statues sont d'un réalisme absolu, avec des vêtements aux coloris très travaillés. On notera aussi le grand nombre de vitraux historiés ou dédiés à la Vierge ou aux saints de l'Église espagnole. Il n'a pas été possible de trouver de documentation sur cette église : son origine, sa construction, son ancienneté. Néanmoins, on pourrait la dater de la fin du XIXe siècle ou du début du XXe. Quant à son propriétaire, il est probable que ce soit l'État espagnol ou l'Église d'Espagne. Messes avec orgue Samedi à 18h30, 19h30, dimanche à 9h30 et 10h45
Les orgues de Paris

Eglise de la

Mission

Espagnole

56 bis, rue de la Pompe, 75016 Paris 1897 - Cavaillé-Coll

1982 - Barbéris

II/16 (12) - traction mécanique -

composition

Photo: Jeroen de Haan
ORGUES DE PARIS © 2021 Vincent Hildebrandt LES ORGUES
Photo: Jeroen de Haan  L'instrument, construit en 1897, est l'un des derniers sortis de l'atelier d'Aristide Cavaillé-Coll. Il s'agit probablement d'un instrument de série, complété par Charles Mutin (sa composition ressemble au devis numéro 21 dans le catalogue Cavaillé-Coll). Depuis sa construction, il est resté entièrement authentique et a été restauré par Barbéris en 1982.